Be_A translator

And a happy one!

Mise à jour d’un billet initialement publié sur feu beatranslator.eu le 08/07/2014.

 

La prochaine édition de l’Université d’été de la traduction financière (SFT), la huitième, aura lieu à Paris les 6, 7 et 8 juillet.

Et ça s’annonce très bien ! Le programme est d’ores et déjà alléchant (thèmes incontournables ou fonctionnels ; sujets d’actualité (et quelle actualité !) ; terminologie ; évolution des pratiques et de la réglementation). Quant aux intervenants, jugez-en par vous-même !

C’est la cinquième fois que j’y participerai et je ne peux que vous recommander d’en inscrire les dates dans votre agenda et de vous inscrire tout court ;-). L’enthousiasme est immédiat. Vous hésitez encore ? Cette chronique (personnelle) revient sur la 7ème édition (Bruxelles, juillet 2014).

L’occasion également de rendre hommage à notre capitale européenne, ainsi qu’aux organisateurs et à la SFT. D’avance, Bercy beaucoup !

 

**

Bruxelles accueille les fêtes de l’Ommegang ce 1er juillet, mais j’arrive trop juste pour assister au premier rendez-vous (informel) de cette 7ème Université d’été de la traduction financière (#UETF14), organisée par la Société française des traducteurs. Pourtant adepte d’une autre reconstitution historique par chez moi, je rate donc la procession célébrant l’arrivée de Charles Quint dans cette ville du Nord, non sans palper l’ambiance fort chaleureuse de cette fête médiévale dans les rues. Sans trop de regret tout de même : je cohabite avec les Ibères toute l’année, et pardonnez le manque d’enthousiasme ; la monarchie n’a plus très bonne presse outre-Pyrénées… Cela dit, je serais bien allée à la rencontre de mes collègues et consœurs dès le soir même, mais j’ai une longue journée derrière moi et encore du pain sur la planche. Nous aurons, heureusement, tout le loisir de nous retrouver pendant ces trois journées de formation.

Le rendez-vous officiel est fixé le lendemain, 2 juillet, au palais de la Bourse, siège d’Euronext Bruxelles. Les stagiaires et formateurs sont invités à sonner la cloche pour marquer l’ouverture des marchés, une cérémonie désormais symbolique. Certains sont même invités à monter sur le podium !

Et ça donne à peu près ça : cérémonie d’ouverture des marchés (02/07/14 – vidéo)

Il est toujours intéressant de visiter des lieux chargés d’histoire, d’autant que le nom « bourse » nous vient tout droit de Belgique, d’une certaine famille Van der Beurse à Bruges, comme nous l’apprendrons/redécouvrirons plus tard au cours de ces journées.

Le programme des conférences est dense, les sujets variés, choisis en fonction de l’actualité ou de besoins de traduction avérés ou anticipés. J’ai choisi de les classer par thèmes :

Sujets d’actualité : la crise financière (vision d’un expert sur la gestion au niveau européen — et le manque de gestion —), la recherche de paradis juridiques (l’évolution du droit international ou les stratégies utilisées par les entreprises pour se jouer des frontières), l’évasion fiscale (sujet abordé lors d’une matinale de la délégation Île-de-France de l’association au printemps et qui a sans doute inspiré les organisateurs), notamment en Suisse avec le témoignage poignant de S. Gibaud, La femme qui en savait vraiment trop[Mise à jour 29/05/2016 : tellement d’actualité, que certaines interventions devaient tout particulièrement résonner quelques mois plus tard alors que l’affaire Swiss Leaks éclatait début 2015.]

Présentations générales sur le secteur financier : sources de financement d’un groupe international (en l’occurrence Rémy Cointreau), l’histoire et évolution d’Euronext (mise en abîme puisque nous y sommes !), les introductions en bourse.

Aspects techniques : indicateurs pour repérer les cygnes noirs, IFRS, MiFid II, marchés obligataires, conseil en vote et gouvernance. [Mise à jour 29/05/2016 : certaines interventions devaient tout particulièrement résonner (bis) avec la loi Florange, votée au printemps 2015…]

Communication : à l’honneur lors de cette édition, la communication de crise, un nouveau métier présenté avec brio, étayé de nombreux exemples et avec des recommandations spécifiques pour les traducteurs. Ont également été abordés la rhétorique et l’art du discours par un journaliste britannique du FT à l’humour décapant (@questingvole).

Quant aux conférenciers, qu’ils soient dans la place, experts, économistes ou traducteurs chevronnés, tous sont de haute volée ! Les commentaires échangés lors des pauses soulignent à la fois leur niveau de compétence et leur éthique. J’avoue avoir été étonnée par une vision lucide et critique de l’industrie financière, qui m’a remotivée. On est bien loin de celle qualifiée par certains de « bonne finance ». La gêne de travailler pour ce secteur m’a d’ailleurs été rapportée par plusieurs collègues. Je ne suis pas la seule à avoir remis mes choix professionnels en question ces dernières années (— Tu es toujours dans la traduction financière ? — Mouais, disons que dernièrement je suis plutôt « MiFid mi-raisin »). Cette dimension éthique a donc largement imprégné ces journées. Le hasard voulut que j’emmenasse un numéro de Philosophie magazine vieux de quelques mois dont le dossier central n’était autre que « Peut-on être honnête et réussir ? ». Je pense notamment à cet article lu pendant le voyage justement au sujet de La révolte des élites de Christopher Lasch. [Mise à jour 29/05/2016 : certaines interventions devaient tout particulièrement résonner (ter) avec l’interview de l’un des intervenants au sujet du « Grexit » (dont nous ont aimablement informés les organisateurs).]

Ces journées sont aussi une bonne occasion d’échanger sur le sujet et de partager ses inquiétudes. De rencontrer, enfin, des collègues« virtuels » depuis plusieurs années. De recueillir le point de vue de collègues plus expérimentés. D’apprendre à défendre davantage notre position. De mettre en exergue le code de déontologie de l’association. De nous mettre plus en valeur au sein d’un secteur pris d’assaut par de « grands » groupes de traduction industrielle. Tiens, la norme EN-15038 est revenue sur le parquettapis…

La formation comporte aussi des travaux pratiques :

  • Présentations-travaux dirigés, comme « Translating the Document de référence» sous forme de critiques de traductions ;
  • Jeu (secret) du tabou face aux anglicismes qui abondent dans les présentations. Nous sommes parfois mis à contribution pour en fournir une traduction ;
  • Glossaires personnels à étoffer au fil des conférences ;
  • Concepts à (re)découvrir ou approfondir ;
  • Ateliers« dédiés » :
    • français-anglais (Deixis). Je ne l’ai pas suivi !
    • anglais-français. Thème : duration et haut rendement, avec pour consignes la concision et produire un texte de vulgarisation. Le débat y est animé et illustré de vraies « obligations papiers ». Je regrette de ne pas avoir consacré plus de temps aux devoirs préalables.  [Mise à jour 29/05/2016 : et ça s’annonce encore sportif cette année.]

La « kriek » sur le gâteau : une table-ronde sur les tendances au sein du secteur et les perspectives pour les traducteurs dans ce domaine, des annonces d’organismes ou d’entreprises présentes et à la recherche de collaborateurs, la proposition en faveur d’un tutorat de traducteurs plus expérimentés pour former les plus jeunes et le réseautage lors des pauses. La négociation de précieux lingots en chocolat est un exercice imposé (trois identiques au départ, l’objectif étant de poser des options sur d’autres matières premières).

IMG-20140704-01017

Noir, c’est noir ! Bonne pioche !

Et c’est tout ? Eh bien non ! Les soirées sont l’occasion de se retrouver entre confrères (pour certaines, on ne s’était pas revues depuis 4 ou 5 ans !), de découvrir la gastronomie locale, de parler traduction et traductions, parcours et voyages, repassage même… (private joke pour quelques collègues qui se reconnaîtront)…

De lever le nez sur cette belle architecture bruxelloise…

IMG-20140702-00998

De se laisser épater par la galerie…

IMG-20140703-01010

Et bien évidemment de rapporter des souvenirs, en l’occurrence chocolat et « souches TVA » en français de Belgique, qui feront la joie de notre comptable (au passage, voici deux bonnes adresses à noter).

IMG-20140706-01038

Et certains auraient même du mal à partir le vendredi soir.

Un grand cruUne excellente cuvée cette UETF 2014 ! Communiqué de presse officiel d’Euronext Bruxelles. Un grand merci à la SFT et aux organisateurs et rendez-vous à Paris en 2016.

 

Épilogue :

Il pleut « comme Manneken-Pis » quand je quitte Bruxelles samedi matin. Sur la Grand-Place, je retrouve sans peine le chemin du retour vers Compostelle (et le temps de chien qui va avec).

IMG-20140705-01030

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :